Lagon d'Oundjo à KonéLagon d'Oundjo à Koné
©Lagon d'Oundjo à Koné|Oneye Production

24 heures dans la région de VKP

Les bons plans d’Anaëlle et Steven

La région de Voh-Koné-Pouembout, ou « VKP » comme disent les Calédoniens, nous a étonnés. Survol du cœur de Voh et du lagon de Koné, où on s’est amusés à compter les animaux sous-marins depuis le ciel, points de vue à couper le souffle, initiation à la pêche en rivière, nuit en ranch au pied du Koniambo… Aujourd’hui, on vous donne un premier aperçu de ce bout du nord de la Côte Ouest et des expériences uniques qu’il vous faudra vivre pour découvrir ses trésors cachés.

Anaëlle et StevenAnaëlle et Steven
©Anaëlle et Steven
Anaëlle et Steven

Créateurs de contenus, Anaëlle et Steven ont récemment posé leurs valises en Nouvelle-Calédonie. Pour NCT, ils ont accepté de partager leurs coups de cœur et autres bons plans, qu’ils documentent en photos et en vidéo à chacune de leurs échappées. De la Grande Terre aux îles, de leurs balades préférées aux meilleures adresses shopping, Anaëlle et Steven vous emmènent à la découverte de leur incontournables en Nouvelle-Calédonie. Suivez leurs aventures sur @anaellechretienoff et @stevenlqr.

Ce qu’on aime vraiment en Nouvelle-Calédonie, c’est la diversité des paysages de la mer aux montagnes.

Anaëlle et Steven

Admirer le cœur de Voh en gyrocoptère

Si on n’avait qu’une seule chose à dire de notre découverte d’une partie du nord de la Côte Ouest, ça serait « Wow ! ». Et notre première activité de la journée, le vol au-dessus du Cœur de Voh et du lagon depuis l’aérodrome de Koné, y a fait pour beaucoup.

On avait réservé la sortie en gyrocoptère d’une heure avec Hibisair pour faire le plein de sensations, et on n’a vraiment pas vu le temps passer. En plus, on a eu des conditions idéales. Mais apparemment, la visite au sol est sympa aussi (à découvrir dans la section Bon à savoir).

Pour Anaëlle, c’est LA plus belle activité qu’on ait faite depuis que nous sommes arrivés en Nouvelle-Calédonie et le vol en duo rend l’expérience encore plus intense car, même si tu n’es pas dans le même appareil, tu peux vraiment partager en voyant la même chose au même moment.

Et s'amuser à compter les habitants du lagon de Koné

En plus d’un contraste de dingue, ce qui nous a vraiment marqués ce sont les animaux : on ne s’attendait pas à en voir autant ! Des requins, des dugongs, au moins une dizaine de tortues, des raies manta… c’était extraordinaire ! Et le pilote n’hésite pas à descendre pour mieux les voir.

Même si on imaginait qu’il serait beau, le lagon était encore au-dessus de nos espérances. L’impressionnant trou bleu d’Oundjo et l’histoire sacrée qui va avec, le récif qui est wow, la mangrove du Cœur… quand tu vois tout ça, tu te dis que la nature est vraiment belle et unique.

On n’a pas arrêté de sourire pendant une heure, sans plus savoir où donner de la tête tellement c’est facile de voir tout ce qu’il y a dans l’eau. On entend aussi beaucoup parler du magnifique lagon de Poé mais celui de Koné n’a rien à lui envier.

Gravir le plateau de Tia pour découvrir des vues uniques

De retour sur terre, on a décidé de se dépenser un peu en explorant les environs de Pouembout, et de faire l’ascension du plateau de Tia. L’accès au sentier de 4km se trouve à l’entrée de la ville, où tu trouveras un parking et un panneau d’informations pour en savoir plus sur ton itinéraire.

Si le début du chemin monte à pic, nous sommes rapidement arrivés en haut donc ça n’est pas trop dur. L’aller-retour se fait en deux heures mais mieux vaut prévoir de quoi bien s’hydrater, surtout pendant la saison chaude.

Tout au long de la marche, on était entourés par la végétation typique du coin, de la terre rouge qui ressemble à du sable, et toujours le lagon en arrière-plan. Ça nous a fait penser aux contrastes qu’on avait aimés à Deva et à Prony car les points de vue donnent ici aussi sur des paysages incroyables.

S’initier à l’ultra-léger à la rivière avec Micky Mouche

Après le déjeuner nous avons rejoint Michaël, alias Micky Mouche, à Pouembout, pour une initiation à la pêche à la mouche en rivière, et plus précisément à l’ultra-léger. On a vraiment passé un bon après-midi au calme, à écouter le bruit de l’eau, et un agréable moment en sa compagnie.

Il est vraiment à l’écoute et pas avare de conseils pour transmettre son savoir-faire et sa passion, qu’il a à cœur de partager. On a même attrapé un jungle perch (ou carpe calédonienne) dont Micky est passionné, mais comme il fait très attention à la nature, on l’a relâché.

Micky Mouche propose aussi des activités en mer. Attention il te faudra être véhiculé pour te rendre chez lui puis le suivre jusqu’au cours d’eau. Il ne prend pas la carte donc pense à retirer de l’espèce ou à prendre un chèque.

Une vraie nuit de broussard au gîte du Koniambo

Notre dernière découverte de la journée, ça a été le gîte du Koniambo qui est tenu par Cyrielle et son conjoint au pied du massif du même nom. Construit près du village de Voh, il a sa propre ferme qu’on s’est forcément empressés d’aller voir dès notre arrivée.

Le gîte est confortable, très calme et dégage vraiment quelque chose de chaleureux, un peu comme un petit ranch. C’est parfait pour les familles qui peuvent participer à des activités avec les animaux et les gérants qui sont très sympas.

On a adoré la vue sur les moutons quand on ouvrait le rideau du bungalow, et la terrasse en bois pour le petit-déjeuner. Si tu ne veux pas cuisiner, Cyrielle t’apporte ton dîner sur la terrasse. Le service est top comme sa pavlova passion : on n’en avait jamais mangé une comme ça !

Quelques bonnes adresses pour compléter

En plus de ces 24h intenses, on a pu tester quelques bonnes adresses dans les environs. Nouméa étant à 3 heures de route de Koné, on a décidé de dormir sur place la veille pour pouvoir commencer notre journée tôt le lendemain.

Pour notre première nuit, on avait choisi le Pacifik Koné (ou Pacifik Appartel), et c’était franchement super. Les petits studios avec cuisine et TV sont très bien aménagés et proches des commerces si tu veux aller chercher à manger. La piscine est propre et le personnel agréable.

On valide aussi le restaurant de l’hôtel Hibiscus où on a très bien mangé. La viande était excellente et tu peux dîner dans différentes ambiances, dehors ou dedans. L’hôtel, qui a un joli jardin, propose aussi différents packages comprenant la nuit et le survol du cœur de Voh.

Si tu cherches un petit spot cool et atypique qui porte vraiment bien son nom, on te conseille le Container Café, à Koné, où tu peux manger sur le pouce ou en prenant ton temps. Les produits sont frais et nos galettes et desserts au chocolat ont été servis rapidement.

Bon à savoir

Le cœur de Voh

Immortalisé par le photographe Yann Arthus-Bertrand, le cœur de Voh est aussi visible depuis le sol. Compter 2h30 de randonnée sur le mont Kathépaïk pour l’apercevoir en autonomie, ou avec un guide, mais on peut aussi directement le rejoindre par la mangrove en tour guidé.

Le vol avec Hibisair

Pas besoin de se surcharger avant le vol en gyrocoptère ou en ULM. En plus des consignes de sécurité, le prestataire fournit une doudoune pour le froid, et un service de Go Pro (en option) pour filmer la sortie de 30 minutes ou d’une heure. Les participants aux sorties en duo ou trio peuvent échanger entre eux grâce à la radio.

Les bons plans d’Anaëlle et Steven

Découvre leurs autres aventures
Fermer