La Nouvelle-Calédonie, et plus particulièrement la Grande Terre, possède plus d'une centaine de sites avec des pétroglyphes. Le plus grand des sites du Caillou (le surnom donné au territoire) est celui de Montfaoué, sur la commune de Poya.

 

Le site de Montfaoué s'étire sur un périmètre de deux cent mètres et abrite 156 motifs de grande taille, gravés sur des rochers. Le terme “pétroglyphe” signifie en effet gravure (glyphe ; du grec gluphê) sur la pierre (pétro).

Aujourd'hui encore, après plusieurs décennies de recherches et d'hypothèses, la signification et l'origine de ces œuvres demeurent obscures. Et ce d'autant plus que la majorité des gravures calédoniennes présente des motifs abstraits.

Elles diffèrent en cela des pétroglyphes observés dans le monde qui, pour la plupart, représentent des hommes et des animaux.

Le grand découvreur des pétroglyphes locaux, Marius Archambault (1864-1920), agent local au service des Postes à qui l'on doit également le premier guide touristique de l'île, surnomma d'ailleurs le territoire « l'île des croix ». Ce sont en effet des milliers de motifs cruciformes qui ornent les rochers de la Nouvelle-Calédonie. En cela, les motifs ne sont pas sans rappeler des gravures du néolithique européen.

L'existence de sous-bois humides et encore inconnus de l'homme laisse penser que de nombreux sites restent à découvrir ! Si vous avez une âme d'explorateur, vous savez ce qu'il vous reste à faire !