La mine de cuivre Pilou, située dans la commune de Poum, à l'extrême nord-ouest de la Grande Terre, a été exploitée de 1884 à 1931.  En sommeil depuis maintenant plus de 85 ans, les impressionnants vestiges de l’ancienne mine peuvent se visiter avec un guide.

Enregistrée le 22 octobre 1884 par Louis Equoy, la mine est presque aussitôt rachetée pour 50 000 francs par John Higginson. Après plusieurs opérations de vente et de rachat, ce sont finalement quatre sociétés à dominante anglaise qui exploiteront le site de 1886 à 1930 : la Société des mines du Nord de la Nouvelle-Calédonie, l'International Mining Corporation Ltd, la Société calédonienne des mines et la Société des mines du Diahot.

Ces sociétés vont globalement utiliser de la main-d'œuvre pénale. À un moment de son histoire, la mine Pilou sera d'ailleurs la seule du territoire entièrement exploitée par des bagnards.

D'abord exploitée à ciel ouvert jusqu'en 1885, la mine connaît un nouveau développement après la découverte d'un filon de cuivre de bonne qualité par Louis Pelatan, ingénieur des mines. A l’exploitation à ciel ouvert succède donc l’exploitation souterraine par un système de forage par carottage à vapeur qui permet alors de creuser jusqu'à 212 mètres au-dessous du niveau de la mer.

La chute des cours du cuivre conduit finalement à la fermeture définitive de la mine en 1931. Désormais, on distingue encore les vestiges des cheminées, une cuve, des murailles…

Découvrez les incontournables de Poum