Si le Mont Panié (1627 m) est le point culminant de la Nouvelle-Calédonie, le mont Humboldt (parfois surnommé Pic Humboldt) le suit de près, avec 1 616 mètres d'altitude. Et, contrairement à son voisin du grand nord, il est possible d'accéder à son sommet au terme d'une randonnée de deux jours.

Son nom lui a été donné en hommage à Alexander von Humboldt, naturaliste et explorateur allemand (1769-1859) considéré par beaucoup comme le père de la géographie moderne.  Il est visible, au loin dans la chaîne, à l'approche de l'aéroport de la Tontouta.

Peu le savent mais il s'en faut de peu que les plus hauts sommets de la Nouvelle-Calédonie ne connaissent pas d'épisode neigeux. Le Mont Humboldt aurait-il mesuré quelques dizaines de mètres en plus que la neige serait venue régulièrement orner son pic ! Et ceux qui ont eu l'occasion d'accéder à son sommet lors d'une randonnée hivernale peuvent vous confirmer que les températures nocturnes à l'approche du haut frôlent régulièrement avec le 0°C !

La légendaire forêt de mousses du mont Humboldt !

Partir à l'assaut de son sommet, par la façade ouest, demande un minimum de préparation et de chance ! Il est en effet relativement fréquent que celui-ci soit complètement ennuagé. Il est alors impossible de profiter de la vue permettant d'embraser simultanément du regard les côtes ouest et est de la Grande Terre.

Mais les marcheurs le savent bien ! Le plus intéressant lors de cette ascension est la fameuse forêt de mousses qui fait partie de la réserve botanique. Si vous avez l'occasion de vous y rendre, vous comprendrez aisément l'origine de ce nom ! La mousse est partout : sur le sol, le long des troncs sur plusieurs mètres de hauteur. Un vrai décor de cinéma mêlant magie et mystère !